Marielys

Marielys

Inscrit le 27 novembre 2014

  1. Ingrédients pour le vernis-colle à base de colle

    20 cl de colle liquide blanche
    10 cl d'eau
    2 c. à s. de vernis à base d'eau (facultatif)
    2 c. à s. de paillettes extrafines (facultatif)


    Teintez éventuellement votre vernis-colle. Si vous avez choisi de fabriquer votre vernis-colle à partir de colle et d'eau, vous pouvez ajouter quelques gouttes de colorant alimentaire dedans. Vous pourrez ensuite utiliser ce vernis-colle pour décorer des bocaux en verre. Si votre vernis-colle ne contient pas de vernis brillant, le verre teinté sera mat, avec un effet givré. Si votre vernis-colle contient du vernis, le résultat sera brillant.

    Pour créer du verre teinté ressemblant à du verre roulé par la mer, ne mettez pas de vernis dans votre vernis-colle.


    Utiliser de l'eau bouillante, pour la première version, permettra de mélanger plus facilement et plus rapidement l'eau à la colle blanche.
    Le vernis-colle maison est moins résistant que celui du commerce. Pour décorer des objets utilisés fréquemment, une version industrielle pourrait être un meilleur choix.
    Conservez votre vernis-colle à l'abri des enfants et des animaux domestiques. Veillez à refermer soigneusement le couvercle pour éviter que votre vernis-colle ne sèche.
    Pour vider plus rapidement et plus facilement votre flacon de colle blanche, passez-le quelques secondes au four à microonde, jusqu'à trente secondes en fonction de la puissance de votre four.

    Date 16 janvier à 15h17
  2. Gesso vinylique
    Ingrédients

    1 volume de peinture vinylique blanche
    1 volume d’eau
    Blanc de Meudon ou blanc d’Espagne

    Matériel

    Gants de latex
    Bâton plat à mélanger
    Bac à peinture
    Contenant à mesurer

    Préparation

    Diluez la peinture dans l’eau.

    Ajoutez le blanc d’Espagne ou de Meudon jusqu’à obtenir une consistance lisse et légèrement épaisse.

    Date 16 janvier à 15h07

  3. Date 29 décembre 2016
  4. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 10 novembre 2015
  5. favicon http://my-wall.fr/

    MY WALL est une marketplace dédiée aux peintres, illustrateurs, caricaturistes, designers et photographes. Nous voulons donner la possibilité aux créateurs jeunes et moins jeunes d'exprimer leurs talents. MY WALL sera chargée de la promotion des œuvres, leur vente, leur fabrication ainsi que de leur expédition. Nous fabriquons les tableaux de nos artistes sous forme d'impression UV sur trois supports : toile canvas montée sur un châssis en bois de 2 cm d'épaisseur, panneau en aluminium de 3 mm d'épaisseur et panneau en plexiglas de 5 mm d'épaisseur. Nous fabriquons à la commande. Pour la réception de votre colis, il va falloir compter entre 4 à 8 jours ouvrés.

    Date 19 juin 2015
  6. PeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 19 juin 2015
  7. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 17 juin 2015
  8. Peinture

    Date 05 juin 2015

  9. Date 24 mai 2015
  10. Demo Gouache Illustration botanique

    favicon https://www.youtube.com/watch?t=431&v=B_nuoGdKJGQ

    Date 07 mai 2015
  11. " ... a little Yellow Ochre, a little bit of Titanium White, that's really all we need. Okay ... but you need to put in a very basic shape. Don't just 'tap' at random and think a little cloud will appear. You sort of have to have a basic idea where you want the little cloud to live. There ..." --Bob Ross, 1991
    "... un peu jaune ocre, un peu de blanc de titane, c'est vraiment tout nous avons besoin. Bon... mais vous devez mettre en forme très basique. Ne pas juste « tap » au hasard et pense qu'un petit nuage apparaît. Vous devez sorte d'avoir une idée de base où vous voulez le petit nuage de vivre. Là..."--Bob Ross, 1991

    Date 17 avril 2015
  12. PeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 13 avril 2015
  13. “Dark is what makes white, or any light color show. It doesn't have to be white, it can be any color that's light. But you need that dark contrast to make it jump out and, and sing for you. Otherwise, it'll just sort of go away and leave you standing there by yourself.” –Bob Ross, 1994

    "Dark, c'est ce qui rend le blanc, ou tout voir de la couleur de la lumière. Il ne doit pas être blanc, il peut être n'importe quelle couleur qui est lumière. Encore faut-il que le contraste sombre à faire sauter les et et chanter pour vous. Dans le cas contraire, il va juste une sorte de s'en aller et vous laisser là debout par vous-même."– Bob Ross, 199

    Date 07 avril 2015
  14. PEINTURE ET COULEURS


    Il n’est pas nécessaire d’avoir une collection de tubes de couleurs dans sa boite de peinture. Une variante de chaque primaire suffit. Les couleurs primaires sont les seules que l’on ne peut obtenir par mélanges, elles sont la base même des effets colorés :

    LE ROUGE – LE JAUNE – LE BLEU , à partir de ces trois là on obtient toutes les autres, même le noir !

    LE NOIR

    Le noir n’est pas une couleur mais l’absence de couleur, l’absorption de la lumière, l’annulation de rayonnement. C’est pourquoi il ne faut pas mélanger une couleur avec du noir pour la foncer, cela crée une irrégularité de rayonnement. Le noir absorbe la lumière, le pigment coloré rayonne sa couleur, un déséquilibre s’impose, la couleur semble salie, elle s’éteint.

    Le noir s’utilise seul, plein, pur. Le mieux est de poser un fond de couleur pure et dense avant de placer dessus le noir afin d’annuler la sensation d’absence de rayonnement et de lui donner une profondeur, une densité.

    On peut réaliser l’illusion visuelle d’un noir avec les couleurs primaires. Un mélange subtile des trois couleurs, que nous verrons plus loin, renvoie le rayonnement de chaque teinte qui ensemble donnent l’effet d’un noir. Celui-ci est dense, sans absence, présent dans l’œuvre au même niveau que les autres mélanges.

    Nous l’appellerons « noir maison ».

    CHAUD – FROID

    On classe les couleurs dans deux grandes familles : Les couleurs chaudes – Les couleurs froides

    Pour mémoire :

    Les couleurs qui se rapportent aux éléments à sensations de chaleur sont : les jaunes – les orangés – les rouges – les marrons , comme le désert de sable, le feu, la terre.

    Les couleurs qui se rapportent aux éléments à sensations de froid sont : les bleus – les violets – les verts , comme l’eau, la glace, l’atmosphère, la végétation.

    MAITRISER LES MELANGES

    Quoi de plus captivant que les mélanges pour obtenir une couleur adéquate ? Quoi de plus triste qu’un vert, un rose ou un orange sortis du tube ? Je trouve qu’une couleur de mélanges sur la palette a plus de densité que celle sortie du tube. L’artiste laisse dans sa touche une part de sa quête ce qui donne plus d’âme au tableau.

    CHOISIR SES COULEURS PRIMAIRES

    12 couleurs suffiront largement, valable pour la peinture acrylique, huile ou gouache, sachant qu’il y a des variantes d’appellations en fonction des marques.

    LES JAUNES :

    jaune de cadmium clair

    jaune hansa clair (basic = citron)

    jaune de cadmium moyen (basic = jaune primaire)

    LES ROUGES :

    rouge de cadmium clair (basic = tendance vermillon)

    rouge de cadmium foncé

    rouge quinacridone (basic = carmin)

    rouge magenta foncé (basic = rouge primaire)

    LES BLEUS :

    bleu de cobalt

    bleu de céruléum ou cyan (facultatif) (basic = bleu primaire)

    outremer foncé

    bleu de prusse

    bleu phtalocyanine

    BLANC de titane ou de zinc (ne devient pas gris dans le temps)

    Chaque couleur a un rôle bien spécifique pour obtenir des mélanges précis, par exemple un violet ne pourra pas être obtenu avec un rouge de cadmium et un bleu phtalocyanine.

    QUELLE COULEUR POUR QUEL MELANGE ?

    >Jaune hansa clair et cadmium clair pour :

    jaunes à tendance froide

    les verts printemps,

    verts froids,

    les oranges clairs,

    le noir maison

    >Jaune de cadmium moyen pour :

    les oranges,

    les bruns,

    les verts à tendance chaude

    >Rouge magenta et rouge quinacridone pour :

    les violets

    les mauves,

    les roses vifs,

    les bruns à tendance froide,

    le noir maison

    >Rouge de cadmium clair et foncé pour :

    les oranges,

    les bruns chauds,

    les roses à tendance chaudes

    > Bleu de cobalt et outremer pour :

    les bleus profonds,

    les violets,

    les verts éteints

    noir maison (si pas d’autre bleu foncé)

    >Bleu de prusse, bleu phtalocyanine et céruléum ou cyan pour :

    les verts intenses,

    les turquoises,

    les bleus marins,

    pour noir maison : le prusse ou le phtalocyanine

    LES MELANGES Sur sa palette, poser séparément les couleurs de base, espacées et non les unes sur les autres pour le mélange. Prendre un peu de la première couleur du mélange et la poser plus loin sur la palette dans un espace disponible. Puis aller chercher un peu de l’autre couleur au fur et à mesure et mélanger jusqu’à obtenir la teinte désirée.

    Commencer toujours par la couleur la plus claire pour le mélange et ajouter petit à petit les plus foncées, ainsi le dosage se fait avec justesse et vous ne videz pas vos tubes sans modération.

    Pour le noir maison commencer par le bleu.

    GUIDE DE MÉLANGES POUR LES COULEURS LES PLUS COURANTES :

    Pour écourter le suspens du noir cité précédemment, commençons par le NOIR MAISON :

    Bleu de prusse + un peu moins de magenta foncé (ou rouge quinacridone foncé)

    Faire un violet foncé à dominante bleue, ajouter petit à petit une pointe de jaune hansa clair ou cadmium clair jusqu’à ce que le mélange ait des moirages vert foncé, le noir est réussi.

    Pour vérifier la justesse du noir, en poser un peu à part et ajouter un peu de blanc, vous obtenez un gris qui révèle si le mélange est juste ou à tendance bleue ou rouge. Dans ce cas rééquilibrer le noir en ajoutant une pointe de couleur opposée à la dominante et une pointe de jaune.

    Composer un noir maison est une exploration délectable du mélange.

    LES ORANGES

    On peut faire des oranges avec tous les rouges et tous les jaunes, mais en fonction du choix et du dosage de chacun on obtient différentes nuances de oranges.

    ORANGE CLAIR :

    Beaucoup de jaune Hansa clair ou de cadmium clair + une petite pointe de rouge de cadmium clair

    ORANGE VIF :

    Beaucoup de jaune de cadmium moyen + un peu de rouge de cadmium clair ou une petite pointe de rouge quinacridone

    ORANGE FONCÉ

    jaune de cadmium moyen + un peu de rouge cadmium foncé ou de magenta foncé

    LES JAUNES :

    Le jaune hansa clair (ou citron) fait partie des jaunes à tendance froide. On peut modifier un jaune et le chauffer en ajoutant une particule de rouge. Pour une dose infime nous dirons « crotte de mouche »= cdm*

    JAUNE ‘OR

    Beaucoup de jaune de cadmium moyen + une cdm* de rouge de cadmium clair

    OCRE JAUNE

    Faire un orange de valeur moyenne, ajouter une cdm* de bleu outremer ou bleu de cobalt, (les autres bleus accentueraient la tendance verte).

    Selon le rouge choisi pour composer le orange, l’ocre jaune a des variantes à tendance chaude ou froide. Ne pas faire le orange de départ trop clair car on obtiendrait des verts à tendance chaude.

    JAUNE DE NAPLES

    Beaucoup de blanc + une petite pointe de jaune de cadmium moyen + une cdm* d’ocre jaune

    LES BRUNS

    Faire un orange moyen et ajouter une pointe de bleu on obtient un marron mais en fonction du brun désiré choisir ses couleurs de base pour le orange :

    BRUN CHAUD

    Orange de départ avec jaune de cadmium moyen + rouge de cadmium clair ou foncé + une petite pointe de bleu outremer ou cobalt ou phtalocyanine

    BRUN FROID

    Orange de départ avec du jaune de cadmium moyen + du magenta ou rouge quinacridone + une pointe de bleu outremer ou prusse ou phtalocyanine

    BRUN CLAIR

    Orange de départ plutôt clair, avec un jaune de cadmium clair + un peu de rouge de cadmium clair + une pointe de bleu de cobalt ou céruléum

    BRUNS FONCÉ

    Orange de base foncé avec le jaune de cadmium moyen + magenta foncé ou quinacridone foncé + une pointe de bleu outremer ou phtalocyanine ou prusse

    LES VERTS

    On peut faire des verts avec tous les jaunes et tous les bleus mais en fonction du choix des couleurs de base du mélange et de leur dosage on obtient des variantes de nuances de verts. Selon le dosage des bleus dans le jaune on obtient des verts plus ou moins foncés ou clairs et plus ou moins denses.

    VERT CLAIR VIF

    Beaucoup de jaune hansa clair ou jaune cadmium clair + une petite pointe de bleu céruléum ou phtalocyanine ou une cdm* de bleu de prusse

    VERT FONCÉ VIF

    Un peu de jaune de cadmium clair + une pointe de bleu de phtalocyanine ou bleu de prusse

    VERT ÉTEINT

    Pour des verts moins intenses utiliser le bleu outremer pour les verts foncés ou le bleu de cobalt pour les verts clairs . Valable pour les gris colorés verts.

    VERTS TRÈS FONCÉS

    Pour foncer encore plus un vert, ajouter au mélange une petite pointe de magenta ou rouge quinacridone.

    VERTS CHAUDS

    Les verts dit « chauds » sont les verts kaki variant de nuances bleues à des nuances brunes.

    Faire un vert de valeur moyenne, ajouter une petite pointe de rouge de cadmium clair pour un vert kaki clair.

    Faire un vert foncé + une petite pointe de rouge de cadmium foncé pour un vert kaki foncé.

    A vous d’expérimenter les dosages justes pour des valeurs de verts kaki souhaitées.

    BLEU TURQUOISE

    On ne peut pas obtenir de bleu turquoise avec un bleu outremer, ni un bleu de cobalt :

    Bleu de prusse ou bleu phtalocyanine ou bleu céruléum (ou cyan) pour un turquoise clair + une cdm* de jaune hansa clair ou cadmium clair.

    Pour éclaircir le turquoise ajouter une pointe de blanc.

    VIOLET

    On ne peut pas obtenir de violet avec n’importe quel rouge ni n’importe quel bleu. Seuls les rouges magenta ou quinacridone (garance) + seuls les bleus outremer ou cobalt ou cyan (primaire)

    Selon le dosage de bleu ou de rouge le violet s’orientera vers les violets rouge ou mauves soit vers les violets bleus.

    Pour éclaircir un violet on ajoute une pointe de blanc.

    ROUGE VERMILLON

    Le rouge vermillon est un rouge qui tend vers le orange.

    Beaucoup de rouge de cadmium clair + une petite pointe de jaune hansa clair ou jaune de cadmium clair

    ROUGE BORDEAU

    Le rouge bordeau est un rouge violacé trompeur :

    Rouge de cadmium foncé ou rouge quinacridone + une petite pointe de bleu outremer ou phtalocyanine + une cdm* de jaune hansa clair ou jaune cadmium clair

    ROSE CHAIR

    On peut plus ou moins éclaircir la couleur de peau en dosant plus ou moins de blanc.

    jaune hansa clair + une petite pointe de rouge de cadmium clair + une cdm* de bleu phtalocyanine ou cobalt + beaucoup de blanc

    Pour des peaux méditerranéennes, choisir un jaune de cadmium moyen et un rouge de cadmium foncé, puis doser le blanc.

    VIEUX ROSES

    Les vieux roses sont des mauves changés et éclaircis :

    Faire un mauve + une cdm* de jaune hansa clair ou cadmium clair + beaucoup de blanc

    On peut obtenir des vieux roses plus ou moins foncés à nuances variées selon la tendance plus ou moins rouge du mauve de départ et le dosage de blanc.

    LES GRIS

    Les gris s’obtiennent avec du noir maison ou du noir du tube + du blanc

    En fonction du dosage de blanc on obtient des valeurs de gris du plus clair au plus foncé.

    Pour les gris colorés, on part avec le noir maison dans lequel on va accentuer le dosage d’une des couleurs primaires pour apporter une teinte colorée au gris + du blanc

    Les gris colorés sont aussi une exploration des mélanges captivante.

    OMBRES ET LUMIERES DES COULEURS

    Pour éclaircir une couleur il n’est pas systématiquement nécessaire de mettre du blanc.

    Les verts, les oranges, les bruns peuvent être plus clairs en dosant plus de couleur primaire claire au mélange.

    Pour les violets, on s’oriente soit vers des mauves, soit vers des violets bleus mais on est obligé de prendre du blanc pour les éclaircir.

    Le blanc atténue la densité lumineuse du mélange pur. Il adoucit.

    Pour foncer une couleur on ne met surtout pas de noir.

    On fait le mélange correspondant à la teinte désirée avec les couleurs de base les plus foncées et on dose moins la couleur la plus claire du mélange.

    Pour obtenir une teinte encore plus foncée que celle du premier mélange, on ajoute une pointe de la couleur opposée : si la couleur du mélange est de la famille des Chauds, on ajoutera une petite touche de couleur froide (le plus souvent la complémentaire*).

    Exemple : pour foncer un vert on ajoutera une petite touche de rouge foncé. Pour foncer un rouge on ajoutera un petit peu de bleu foncé + une pointe de jaune (vert). Pour foncer un orange on s’oriente vers les bruns et pour foncer un violet on s’oriente vers le noir.

    *La complémentaire est la couleur manquante au mélange pour retrouver l’harmonie visuelle du cercle chromatique

    à vous

    Voilà une bonne base de travail pour laquelle j’ai consacré beaucoup de temps, pour le plaisir de transmettre et de partager, que chacun s’épanouisse.

    À vous de partir à la découverte de ces mélanges, de les vivre, de les ressentir, donc de les mémoriser.

    Vous allez voir que l’on se laisse posséder par l’alchimie des couleurs, cela devient un plaisir épidermique et viscéral. Vous allez comprendre qu’un tableau sans la quête de mélanges a moins de vie.

    N‘hésitez pas à faire connaître à vos amis explorateurs de mélanges en peinture cet article ouvert à tous.


    Bonjour
    En réponse à votre question : Le sable blanc est un gris coloré à tendance jaune, très très claire. D’abord beaucoup de blanc, à côté un mélange (en petite quantité) de jaune hansa clair + une pointe de rouge soit magenta soit quinacridone pour faire un orangé à casser avec une cdm de bleu cobalt, vous obtenez un gris foncé, apporter une pointe de ce gris dans le blanc puis ajouter au fur et à mesure un peu de jaune pour obtenir la teinte désirée. Sans démonstration, c’est difficile d’être précise, à vous d’expérimenter les mélange et de trouver les bons dosages à partir de ces conseils.
    Pour un sable plus jaune le principe est le même mais choisissez un jaune de cadmium moyen.


    Date 03 avril 2015
  15. favicon http://www.journaldespeintres.com/comment-faire-son-propre-medium/


    Connecter

    Connexion

    Accueil→Cours de peinture→Comment faire son propre médium
    Navigation des articles
    ← Des expos pour les vacances !
    « Dans l’ombre des Tudors » d’Hilary Mantel →
    Comment faire son propre médium
    Publié le 8 août 2013 par Jean-Pierre Duvaleix

    des médiums, des huiles et des vernis
    Le médium est un mélange d’huile et d’essence de térébenthine, voire d’autres ingrédients comme des vernis. Il sert à rendre la peinture plus fluide, plus onctueuse, à la diluer, et l’aidera aussi à sécher.

    On le met (le médium) dans un godet et on en prélèvera un peu à l’aide d’un pinceau, pour le déposer sur la peinture qu’on aura mise préalablement sur la palette. Le pinceau sera alors chargé de la couleur choisie que l’on déposera sur la toile. Si on est amené à faire soi-même ce médium, on prendra un récipient avec un bouchon qui se visse (n’importe quel petit flacon d’un autre produit peut faire l’affaire).


    Le médium tout fait

    La première méthode, qui ne se trouve pas dans la vidéo, est d’acheter un médium à peindre incolore de chez Lefranc par exemple et de l’utiliser tel quel.

    Comme son nom l’indique, il est « prêt à peindre » c’est à dire qu’il contient déjà plusieurs ingrédients nécessaires au médium. Alors pourquoi faire son propre médium ? Réponse : parce que ce « médium tout fait » ne réagira pas forcément comme vous le voudriez (certains sècheront trop vite, d’autres pas assez, d’autres encore seront trop gras, trop maigres, etc.). Alors qu’en le fabriquant vous même vous pourrez agir sur tous ces facteurs.

    médium à peindre prêt à l'emploi

    Le médium « maison »

    La deuxième solution est donc de le fabriquer soi-même. Deux ingrédients sont alors nécessaires :

    1°) l’huile de lin

    huile de lin



    Il existe d’autres huiles comme l’huile d’oeillette, de carthame,de noix, etc. mais l’huile de lin est préférable à l’usage.

    2°) l’essence de térébenthine

    essence de térébenthine

    On en mettra 30 à 50% suivant le degré de siccativité (aptitude à sécher) qu’on voudra obtenir : plus on met de térébenthine et plus votre médium sèchera rapidement, mais moins la peinture sera brillante (aspect plus mat).

    Le vernis de protection final

    On peut obtenir un beau vernis très brillant et très protecteur en passant une ou deux couches d’un vernis à bois trouvé dans un magasin de bricolage.

    C’est beaucoup moins cher que les vernis proposés dans les magasins « beaux-arts » et je trouve personnellement que c’est aussi beaucoup plus efficace.

    Le piège du vernis à peindre

    Le vernis à peindre n’est autre en réalité qu’un médium à peindre comme le prouve la photo ci-dessous où, sur étiquette du flacon, est écrit, en anglais « painting medium » et si on l’utilise, ce sera comme « médium prêt à peindre » :

    Vernis à peindre

    Vernis à retoucher

    Vernis à retoucher

    Vous verrez, sur la vidéo ci-dessous, la pose d’un vernis à retoucher sur une partie plus mate du tableau. On attend que ça sèche et on pose dessus la couleur qu’on veut (en l’occurrence un jaune vert rompu). Ça a aussi l’avantage de supprimer les embus (partie de la toile plus mate). Cela dit avec un vernis à bois, en vernissant l’ensemble de la toile, on obtient un brillant très uniforme.

    Le médium d’empâtement

    Le médium d’empâtement n’est pas vraiment à conseiller. Il ressemble à une espèce de mastic pour mettre du verre aux fenêtres et il en a un peu la consistance et la couleur. On le mélange à la peinture pour donner un « empâtement », c’est à dire une épaisseur de la peinture. Il est long à sécher et très mat comme on le voit sur la photo ci-dessous. Si on veut faire un empâtement, autant le faire avec de vrais couches de peinture; ce sera un peu plus long à sécher (et encore, ça n’est pas sûr !).

    Le white spirit

    Ne doit être utilisé que pour nettoyer vos pinceaux. Si vous l’utilisiez comme médium, le résultat final, extrêmement mat, serait assez laid, d’un aspect assez sale.

    Règle du gras sur maigre ou règle du « surtout pas de maigre sur du gras »

    On ne peut parler des médiums et des huiles sans évoquer la règle du gras sur maigre.

    Il s’agit de faire en sorte que les couches de peinture que l’on pose soient de plus en plus grasses. Si on prend un médium « prêt à l’emploi », on peu rajouter dedans une goutte d’huile de lin à chaque couche supplémentaire. Cela dit, le mieux est peut être encore de garder le même mélange du début à la fin. La règle du « gras sur maigre » serait plutôt la règle du « surtout pas de maigre sur du gras », comme par exemple commencer avec une huile de lin (grasse) pour finir à la térébenthine (maigre) ! On aurait alors, avec le temps, des craquelures, des fissures dans la peinture…



    Date 01 avril 2015
  16. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 31 mars 2015
  17. Débuter la peinture acrylique sur toile en quelques leçons

    Recommandée aux débutants, la peinture acrylique est facile d'emploi, elle a des couleurs franches qui sèchent très rapidement, et elle est très économique.

    Rédigé par Dominique Taillandier | Nom Jul, 08 2013


    Que vous soyez novice ou déjà peintre confirmé, cette leçon pour débuter la peinture acrylique sur toile vous guidera sur le chemin de votre première oeuvre.

    Le matériel nécessaire (un site de référence: favicon http://www.geant-beaux-arts.fr/) :

    Une toile vierge (les toiles disponibles dans les magasins discount feront très bien l'affaire) (un format A3 est une bonne base, mais le choix est fonction de l'oeuvre souhaitée).
    Un lot de pinceaux pointus de différentes tailles et un lot de pinceaux plats assortis (http://communaute.lateliercanson.com/web/le-mag/choisir-ses-pinceaux-pour-peindre-a-l-acrylique)
    Une boîte d'assortiment de peinture acrylique (pour débuter, quelques tubes ordinaires suffisent)
    Du vernis incolore brillant, servant également de médium pour diluer la peinture
    Un bon crayon, une gomme, une règle

    Première étape: la peinture de fond

    Pour préparer la toile, et l'unifier, passer un fond neutre, soit blanc, soit très légèrement teinté dans la teinte dominante du tableau, orange très léger pour un coucher de soleil, bleu très pale pour la mer, etc.

    Ce fond est indispensable pour unifier le support. Cette teinte de base apparaîtra parfois entre deux coups de pinceau et donnera de la profondeur à la toile.
    Deuxième étape: le dessin

    Sur cette première couche bien sèche, reproduire le dessin choisi. Pour une première oeuvre, préférer la simplicité et la copie d'un dessin. En effet, il est plus facile de débuter en copiant un tableau existant, mais lorsque vous serez plus expérimenté, la réalisation d'oeuvres originales sera possible.

    Pour le dessin, reproduire les éléments avec un crayon fin. Il est possible également de décalquer un modèle ou de le reproduire grâce à la technique du découpage en carré (voir leçon sur le dessin).
    Troisième étape: la peinture

    Pour peindre votre dessin, il faut commencer par les éléments les plus éloignés: le ciel, l'arrière-plan, puis se rapprocher peu à peu du premier plan. Cette façon de peindre permet de tromper l'oeil du spectateur en induisant des plans différents, lui donnant une impression de volume, une perspective optique.

    Il est indispensable de bien respecter cet ordre de peinture pour donner de la profondeur au tableau.

    On peut commencer par peindre en diluant les couleurs, le rendu obtenu rappelle celui de l'aquarelle, ce qui permet d'imaginer l'aspect définitif du tableau tout en gardant la possibilité de corriger la tonalité d'un ou plusieurs éléments pour créer un ensemble harmonieux.

    Cet effet est obtenu en mélangeant la couleur avec un peu de vernis de finition, cela rend la peinture plus fluide tout en lui gardant son brillant. Par contre l'eau a tendance à affadir les couleurs de l'acrylique.

    Une fois cette ébauche du tableau faite, ré-hausser les couleurs, donner de la puissance à la toile en posant plus de matière, toujours en respectant les différents plans, du lointain au proche.

    Attention: l'acrylique sèche rapidement, c'est à la fois un avantage (votre travail avance très rapidement), mais c'est aussi un inconvénient, car il est difficile de modifier le travail au bout de quelques minutes. Il existe un retardateur qui permet de gagner du temps et de travailler dans la peinture fraîche, de mélanger sur la toile pour "fondre" deux couleurs.

    Petit rappel, commencer le tableau par l'élément le plus éloigné.
    Réussir son dégradé de couleurs

    Le dégradé: pour réussir le dégradé, passer une première bande d'un bleu soutenu par exemple, puis ajouter du médium fluidifiant, continuer sur quelques centimètres, remettre du médium pour éclaircir, continuer, ainsi de suite jusqu'à la ligne d'horizon. puis, sans tarder, prendre un pinceau sec et propre, repasser sur la couleur afin de mélanger, de fondre les teintes entre elles, l'ensemble doit être fluide mais non uniforme.
    Les médiums structurants

    Il existe des médiums structurants: ils ne sont pas indispensables dans votre palette, mais il permettent d'épaissir la peinture sans en altérer la couleur en permettant des effets de volume, en donnant de "l'épaisseur" à votre coup de pinceau.

    Plus économique, vous pouvez insérer du sable fin dans votre couleur, c'est intéressant pour suggérer l'écorce d'un arbre ou la plage, mais l'usage demande du doigté. Le choix de votre médium sera fonction de l'effet que vous recherchez.

    Les magasins proposent différents médiums : favicon http://recherche.geant-beaux-arts.fr/geant-beaux-arts-recherche/servlet/LetCaspardoSearch?query=medium%20pour%20peintures%20acryliques.

    De nombreux magazines sont disponibles pour vous guider dans l'apprentissage de la peinture:

    favicon http://www.plaisirsdepeindre.com/magazine.php
    favicon http://www.toutabo.com/magic-art-p-262.html
    favicon http://dessins-peintures.histoireetcollections.com/
    favicon http://www.journaux.fr/atelier-peinture-dessin_peinture-architecture-design_art-et-culture_124577.html

    Les modèles: vous trouverez de nombreux modèles libres de droits sur internet, entre autres sur le site de votre auteur: favicon http://www.facebook.com/album.php?aid=8974&id=100001801822371&l=5aae2d7b71

    Si vous appréciez également la peinture à l'huile, vous pouvez découvrir les bases du travail au couteau dans l'article suivant: favicon http://dominique-taillandier.suite101.fr/debuter-la-peinture-a-lhuile-au-couteau-en-quelques-lecons-a31603

    Alors, vite à vos pinceaux ........
    Dominique Taillandier

    Date 05 mars 2015
  18. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 24 février 2015
  19. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 23 janvier 2015
  20. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 21 décembre 2014
  21. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 21 décembre 2014
  22. PeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinturePeinture

    Date 21 décembre 2014

  23. Date 18 décembre 2014
  24. Faire une vague avec une tête de dragon

    Sirène dans la vague..

    Date 18 décembre 2014

  25. Date 16 décembre 2014

  26. Date 16 décembre 2014
  27. Un coucher de soleil aux pastels.

    favicon https://www.youtube.com/watch?v=FXTyriIZrbs

    Date 15 décembre 2014

  28. Date 14 décembre 2014
Publicité